Mercredi : Non-last non-danse @ Singapore

août 16, 2006

Dernier jours (de ces vacances) à marcher en Asie : du coup, je marche toute la journée.
Bencoolen Street, Orchard Street, tour dans les parcs, Little India, l’Ancien Quartier Colonial, l’Esplande et son « Cultural Forum », Central Business District, début de Little China (de toute façon, des chinois, il y en a bien avant).

Du coup, si le post précédent n’appartient qu’à la rubrique Home, celui-là, je vais tout cocher car j’ai vus plein de trucs (J’ai trouvé cette ville plutot sympa en fait. Même si certains la trouve trop occidentalo-asceptisée, je m’y suis trouvé assez bien… à visiter, il n’y a pas tant de trucs que ca pour passer 3 semaines… mais à vivre 3 semestre…?)

Donc :
– gastronomie : les spécialités locales de McDo avec des hamburger ou on remplace le pain par des galettes de riz, l’odeur horrible des durians, les restaurants-marchés ou il y a plein de resto, plein de gens et pleins de noodles
– coins de rue : plein de boutiques de consommation de masse et de luxe sur Orchard Road, plein de micro shop im-pro(pre)-bable dans les autres quartiers aussi… tiens d’ailleurs, on peut donner vie à de merveilleux ours en « peluche et tendress » chez Cool Bear Workshop
– couleurs : celles de tous les produits alimentaires qu’on ne connait pas, même chez Carrefour, celles des immeubles ou des maisons de Little India et des vêtements qui sèchent aux fenêtres
– monuments : des grattes ciels, des temples hindous d’Inde, le Raffle encore, les malls, les centres culturels de l’Esplanade en forme de durians ou de scarabées
– rencontres : beaucoup de gens à qui je n’ai pas parlé (notamment des jeunes artistes ou non-artistes, habillés pointu-non-technique, un carnet de dessin dans la main et une planche de skate dans l’autre) mais aussi Pitoo et Anne-So que j’y ai retrouvé. Pitoo bosse pour Alstom, Anne-So pas encore. Ils étaient très en forme, revenaient d’une semaine de vacances en Malaisie, et sa m’a fait très plaisir de les revoir… de partager leur voiture jusqu’à l’aéroport… des bières… et leurs point de vue sur leurs vie d’expats après ESCP-EAP et sur la région.
– sons : les feux de circulation pour piéton font un bruit de vrai-laser, les singapouriens sont de plus de 4 origines, plus les touristes… ca fait un paquet d’accent à parler l’anglais, le bruit de l’eau (Singapore est une île) et celui des épices (à moins que ce ne soit les couleurs et les odeurs)

Voila.
Mon voyage se termine à l’aéroport (ensuite des films et d’autres trucs qui empêchent de dormir ou de lire : MI3, Secret de Famille, Nos Voisins, les Hommes, La Main au Collet, 4 Etoiles… le check-out, le bus, la voiture, la maison).
Enfin, plus précisément : « ce voyage ne fait que se terminer ».

image-1.jpg


Vendredi 11 aout : du Sud au Nord

août 11, 2006

Vendredi : déja le départ de Kuta et de ses paradoxes (les plages de surfeur australiens et balinais, les porteuses d’offrandes et les vendeuses de sac LV, les sarongs et les shorts longs de bain, les temples et le HardRock Café – d’où j’essaye d’alimenter, le même matin, ce blog et mon album Flickr, avec une connexion wifi, honteusement achetée 160 R ie 15€ pour 4h, et qui allait encore plus lentement qu’un modem 28k… d’où le pourquoi-du-commun que j’ai rien fait. NB : il y a pas mal de cyber cafés à Kuta qd même, avec des assez bonnes connexions… mais delà a faire fonctionner WordPress qui est, je trouve, assez pourri-turbo-lent et un Flickr Uploadr…)

Bref. Direction Amed (au nord). 3h de routes si on va tt droit. C a nous en prendra 5, avec Arwata Made, très sympathique chauffeur de taxi que j’ai rencontré 2 jours avant (si vous cherchez un conducteur sur place ou une agence locale…) : nous passons par Ubud (honnêtement, j’ai rien vu, mais plein de gens m’ont dit que c’était old-school-chouette), le temple de Goa Lawa (il y a 9 temples nationaux à Bali – sinon, on différencie aussi les temples de la maison, des commerces/bureaux et de la rue) et déjeunons à Candi Dasa au bord de l’eau. Pour rentrer dans un temple national, il faut porter un sarong (qu’on nous vend à l’entrée, c’est pratique.. et ils sont « jolis »). Tous les balinais – qui sont hindoux (mais un peu différemment de l’hindousisme de l’Inde : il y a 4 et non 5 castes et on appartient à la même caste toute sa vie) et non musulmans comme les habitants de Bali qui viennent de Java ou Sumatra ou du reste de l’Indonésie – doivent se rendre dans chacun de ces temples. Celui de Candi Dasa est celui où l’on vient apporter les cendres de ses défunts (on y revient 1 mois après la crémation, de tout Bali, pour une 2eme cérémonie).

C’est notamment Made qui m’explique tout cela : il s’appelle Made car c’est le deuxième enfant de sa famille. On rajoute à ce morceau de prénom un autre prénom et cela fait un nom. Il n’y a pas vraiment de nom de famille à Bali… enfin, à ce que j’ai compris.

Nous arrivons finalement à Amed, au Nord Est de l’ile. C’est un endroit réputé pour son calme et ses spots de plongée. C’est vrai qu’il n’y pas grand chose à faire à part dela plongée. Je m’attendais à trouver – avec la naiveté d’un idiot de westerner bourgeois – de ravissants bungalows. je suis honnêtement un peu dessus. Ce n’est pas évident de benchmarker les hotels car ils s’étendent sur 10km de côtes. J’en trouve un très correct, à 5m de l’eau, avec une piscine.. mais pas top de charme : le SunShineHotel. J’ai un balcon avec une vue imprenable (mais une porte qui ferme moyen;-).

Il y a (notemment) 2 organismes de plongée connus (du Guide du Routard) : Euro Dive et Eco Dive. A l’hôtel, on m’en propose un troisième. Je passe 3 coups de fil. Je choisis Eco Dive : je tombe sur John, canadien qui parle français, 32 ans de plongée, depuis 15 ans à Amed, qui essaye aussi de développer l’activité locale… c’est un type bien.

image-7.jpg


Lundi : Hospitality business & Mall city

août 7, 2006

Edgard avait travaillé au SunWayLagoon : enorme complexe hotelier et marchand à l’exterieur de KL. Beaucoup de touristes du Moyen Orient, qui viennent se prendre l’air des AC des magasins. Une après-midi visite-magasins qui nous ramene aux Twin Towers de KL (même concept, mais en forme de tours et pas d’aquaboulevard). Ah oui, on s’est reposé dans des fauteils massant quand même. Diner espagnol puis soirée au Beach Club : on y retrouve, par hasard, Olivier, un copain d’Edgard de Puket.

image-10.jpg